La naissance du Petit Prince.

Mon petit prince est né, ce jeudi 11 mai 2017. Encore une folle et merveilleuse aventure qu'est la naissance. Aujourd'hui je reviens avec vous sur un des plus forts moments de ma vie (l'autre étant évidemment la naissance de ma fille^^) : mon accouchement.





Dans la nuit du lundi 8 au mardi 9 mai, je commence à avoir des contractions, différentes de celles que j'ai eu au cours de la grossesse. Ces contractions m'interpellent un peu, elles me font mal au dos, comme celles que j'avais lorsque j'ai accouché de ma fille. Je me dis que c'est peut-être le début du travail ?! Toute la journée du mardi, j'ai encore des contractions,  mais rien de régulier, ni de plus en plus rapproché, ni de plus en plus intensif... Du coup je ne sais pas quoi faire : faut-il que j'aille à la maternité ? J'avais une petite inquiétude pour ce deuxième accouchement, c'était de ne pas arriver à temps à la maternité. Aussi, pour m'y rendre, il fallait faire garder notre fille. On s'était dit que ma mère s'occuperait d'elle au moment venu, mais ma mère loge à 30 km de chez nous... Je ne voulais pas d'une part la faire venir pour rien, et de deux la faire venir trop tard pour au final accoucher dans mon salon... Nous l'avons donc fait venir, dans le doute. Je voulais aller à la maternité pour savoir ce qu'il en était. Nous y arrivons donc le mardi soir vers 23h je crois, peut être plus tard encore... Nous sommes fatigués, surtout moi puisque je n'avais déjà pas beaucoup dormi la nuit précédente avec les contractions, et là j'étais partie pour ne pas beaucoup dormir non plus. Une sage-femme m'examine, le col est encore long, ouvert à un doigt. On me fait un monitoring, pas très concluant, peu de contractions à ce moment là et qui n'indiquent pas que le travail est vraiment en route. Elle me dit que c'est peut être le début, mais vu l'allure où ça va, je serais mieux chez moi. Nous rentrons vers 3h du matin à la maison, et je ne dors une nouvelle fois pas de la nuit, les contractions continuent. Le lendemain matin, mon amoureux part travailler et ma maman reste avec moi la matinée pour gérer un peu ma fille histoire que je me "repose". Nous sommes maintenant en fin d'après-midi et on dirait que  les contractions sont plus douloureuses, plus régulières... Je ne sais plus trop où j'en suis... Est ce que c'est ça cette fois-ci ?! Je suis très fatiguée en plus... Au moment du repas, impossible de me mettre à table, pas faim et les contractions sont trop gênantes... On décide avec mon amoureux qu'il faut repartir à la maternité, car je n'arrive même pas à me tenir droite lorsque je suis debout. Cette fois, c'est peut être la bonne ! Ma soeur arrive en catastrophe car je ne suis pas sûre de pouvoir rester à la maison avec ma fille le temps que ma mère revienne, j'ai trop mal, et peur qu'elle soit perturbée de me voir souffrir. Je vais aux toilettes avant de partir, et là... Du sang. C'est venu d'un coup et il y en a une bonne quantité... Je ne comprends pas pourquoi il y a du sang, autant surtout, même si je suis en travail, je n'ai pas eu ça pour ma fille... Ca m'inquiète. Je me dis qu'il y a peut être un problème, ou que le bébé est déjà en train de sortir, ça va peut-être plus vite que je ne le pensais... Montée de stress, je commence à pleurer. Mon amoureux me dit qu'il ne faut pas s’inquiéter, pour lui c'est rien, il met une serviette de toilette sur le siège de la voiture avant de m'installer (et oui elle est neuve, faut pas déconner ^^) et nous partons en direction de la maternité. Sur le chemin je pleure encore, j'ai du mal à me contrôler... Je suis tellement fatiguée, deux nuits quasi blanches derrière moi quand même. 
En arrivant, je suis prise en charge immédiatement. La sage-femme n'est pas inquiète, mais elle demande quand même une échographie pour être sûre qu'il ne s'agisse pas d'un décollement du placenta. Le gynécologue de garde arrive un peu plus tard pour me faire cette écho... Ouf il n'y a rien ! Ils me disent que c'est certainement un vaisseau qui a claqué avec le col qui travaille... Soulagement ! La douleur quant à elle s'intensifie, je commence à perdre un peu pied et je me dis que ça va vraiment être difficile pour mon projet d'accouchement naturel et donc sans péridurale. En plus, le travail n'avance pas très vite, la sage-femme me dit que le col est court mais toujours ouvert à 1... Deux jours de contractions et je n'en suis que là ?! Purée oui ça va être difficile effectivement, parce que j'ai vraiment mal et si c'est aussi long, je vais vriller... Je recommence à pleurer, un peu de douleur et de déception car je me rends bien compte qu'une fois de plus, je ne gère rien. J'essaye de respirer comme on m'a appris, je tente la technique des sons pour mieux souffler, je respire comme un boeuf... On essaye aussi de déplacer la douleur, je demande à mon amoureux de me pincer fort la main pendant les contractions (qui sont de plus en plus longues, j'ai peu de répit...) mais bon, pas de réel succès, il aurait peut-être fallu qu'il me casse le bras pour que ça fonctionne ! Ca suffit, je veux la péridurale, je n'ai plus les idées claires La sage-femme me dit que c'est trop tôt, le col n'a quasi pas bougé... AU SECOURS ! Mais finalement elle s'arrange pour qu'elle me soit posée au plus vite, j'ai dû lui faire pitié... Elle m'examine encore une fois juste avant l'arrivée de l'anesthésiste (et ça ne bouge pas vraiment) Je me relève,  position assise, dos rond et compagnie pour qu'on puisse enfin me faire cette péridurale. C'est laborieux, j'ai du mal à tenir en place et une sensation bizarre, l'impression que ça pousse, j'ai la sensation que le bébé sort c'est pas possible autrement. L'anesthésiste finit de piquer et la sage-femme me rallonge pour m'examiner, encore..., je perds les eaux et là, verdict : dilatation complète ! Le temps de poser la péridurale, je suis passée de 2 à une dilatation complète ! Wouah ! Au final, la péridurale m'a quand même permis de souffler un peu et reprendre mes esprits avant de pousser. Ce n'était pas sans douleur comme pour celle que j'ai eu à la naissance de mon premier enfant, mais quand même atténuée par rapport à ce que j'avais pu ressentir avant. Comme pour mon premier bébé, j'ai poussé 2 ou 3 fois et mon fils était né. Ca n'a même pas dûré 10 minutes. Pour un travail qui a mis tant de temps à se lancer, quelle naissance rapide ! Mon fils est né le 11 mai à 00h59. J'ai pleuré, de bonheur cette fois, en apercevant sa petite tête et en entendant son premier cri. Il est tellement beau, on dirait sa soeur à la naissance. Le contact de sa peau contre la mienne me chamboule, je sens tout cet amour qui monte en moi, c'est bouleversant. Bienvenue au monde mon fils !


Commentaires

  1. Merci pour le partage. Pour moi ça sera en septembre ��

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon courage pour cette fin de grossesse en été ^^

      Supprimer

Enregistrer un commentaire